Épisode 11 – Premiers pas en Arménie


Le Nord

Nous passons la frontière entre la Géorgie et l’Arménie près de la ville d’Haghtanak, après une fouille rapide et la souscription à une assurance auto obligatoire, les formalités sont effectuées, nous pouvons souffler !

L’Arménie nous attend !

Nos premiers kilomètres arméniens ressemblent fatalement aux derniers effectués en Géorgie : la route est pourrie, c’est gris, partout, les murs, le ciel… Nous arrivons dans la petite ville industrielle d’Alaverdi en même temps que la pluie. Cette bourgade abrite plusieurs mines de cuivre et des usines qui expédient dans le ciel déjà gris une épaisse fumée noire. Ce n’est pas vraiment un paysage de carte postale.

Ici, les bus permettent aussi de voyager dans le temps…

La nuit tombe, et nous sommes fatigués de cette longue journée, nous nous arrêtons donc dans une Guesthouse pour passer la nuit, préparer la suite de notre voyage avec du wifi et prendre une vraie douche bien chaude !

Le matin suivant, autour d’un copieux petit déjeunuer, nous rencontrons une mamie Belge qui a beaucoup voyagé, ainsi qu’une famille de Polonais, et nous échangeons nos avis et nos plans sur l’Arménie.

Nous partons pour visiter notre premier monastère arménien, celui d’Akhtala, en haut d’une colline surplombant une rivière. Avec du soleil, la vue doit être sympa 🙂 L’intérieur nous réserve des surprises, de belles fresques, une voûte impressionante et surtout… c’est la messe ! Et oui, nous sommes Dimanche, et un prêtre habillé comme un pape célèbre la messe, accompagné par des enfants de choeurs très investis et des femmes qui chantent des cantiques. Immersion garantie !

Fresque du monastère d’Akhtala

Puis nous enchaînons avec le monastère voisin, sur l’autre rive de la rivière Debed, le monastère d’Haghpat, un complexe plutôt grand, avec pluseurs églises, un réfectoire, des tombes, c’est vraiment très beau !

Monastère d’Haghpat

Puis nous finissons ce triplé de monastères avec celui de Sanahin, tout aussi imposant bien qu’en restauration, ce qui fait que nous ne pouvons pas le visiter entièrement.

A présent, nous mettons le cap sur le Parc National de Dilijan, en quête d’un peu de verdure, en pour visiter un… autre monastère ! Après une nuit dans un silence absolu et dans un froid relatif, le soleil est de retour, nous visitons le site magnifiquement restauré d’Hagarstin, avec à nouveau plusieurs églises, des lieux de vie pour les moines, des tombes, etc…

Site d’Hagarstin
Hagarstin

Autour du monastère d’Hagarstin, dans le Parc National de Dilijan, la forêt est plus tentante, et le soleil qui brille à nouveau nous incite à aller nous balader sur l’un des nombreux sentiers du Parc. Suivis de près par un chien errant très amical, nous suivons le sentier de la « cascade cachée », à l’affût d’ours ou d’autres animaux que nous ne verrons toujours pas… La balade n’est pas folle, mais c’est agréable.

Nous nous dirigeons maintenant vers un petit lac repéré sur la carte un peu plus tôt : Parz Lich. Nous pensons nous rendre dans un écrin de verdure, au calme, loin de tout. Au lieu de ça, après une ascension interminable sur une route défoncée, nous arrivons dans une sorte de mini Club Med local… Le lac n’est en fait qu’une grosse flaque sans charme, entouré par un resto, un bar, un loueur de barques, un accrobranche, et au final, pas mal de monde ! Un échec !

Les routes soviétiques

Le lendemain, nous reprenons la route. Conduire ici est assez fatiguant, il faut sans cesse scruter la route pour éviter les innombrables nids de poules qui parsèment le goudron, quand goudron il y a. La chaussée est vieille et fatiguée, les glissements de terrain et les séismes ont fait des dégats, qui sont rarement réparés. Il faut en plus être attentif aux vaches en liberté qui se promènent toute la journée sur la route, et aux conducteurs locaux, qui doublent quand bon leur semble, la visibilité n’étant pas un critère. Ainsi, des légions de Lada, Jigouli et autres Kamaz, ces camions hérités de l’époque soviétique, parcourent les routes sineuses d’Arménie apparement sans aucune notion de code de la route, c’est… déroutant !

La voiture la plus répandue : l’increvable Lada !

Un petit arrêt pour faire les pleins d’eau, de nourriture et d’essence dans la ville triste de Dilidjan, et nous repartons aussi sec, il n’y a rien ici qui merite de s’attarder… Nous tentons alors de rejoindre le lac Sevan que nous voulions voir. Nous y arrivons bel et bien, mais la brume nous empêche de voir quoi que ce soit ! Nouvel échec !

Le long de la route, de nombreux vendeurs essayent d’écouler des baies oranges, et leur jus, dans de vieilles bouteilles de coca. Curieuse, Lola décide d’essayer, il s’agit de baies d’Argousier, et le jus est absolument ignoble, c’est amer, imbuvable ! Echec encore !

Une bonne tranche de Khatchkar

Aujourd’hui, direction Kecharis, pour visiter l’église du même nom. Elle ne présente aucune particularité par rapport aux précédents monastères, si ce n’est une collection de Khatchkars vraiment très beaux. Il s’agit de stèles de pierre, finement ciselées et ouvragées, repésentant une croix.

Nous filons maintenant voir le monastère (oui, encore!) de Saghmosavank. A ce stade là vous avez dû comprendre que « Vank » signifie Monastère… Ce dernier n’est pas exceptionnel, en revanche son emplacement est vraiment impressionant. Il est en effet perché en haut d’une falaise, en bordure immédiate d’un profond canyon. Vincent en profite pour sortir un peu le drone.

Monastère de Saghmosavank, vu du ciel

Quelques kilomètres plus loin, le long du même canyon, se dresse un autre monastère, celui de Hovhannavank, bicolore avec ses pierres roses et noires, il est tout aussi impressionant.

L’hospitalité Arménienne

Aujourd’hui, pour changer de toutes ces églises et ces monastères, nous avons repéré un autre type de monument à visiter : une Forteresse ! Nous prenons donc la route des montagnes au Nord Ouest d’Erevan, à travers un paysage désertique à plus de 2000m d’altitude !

Cette forteresse du VIIème siècle, se dresse au bout de cette longue route qui ne va nulle part ailleurs, c’est le bout du monde ! Nous y arrivons au coucher du soleil, ce qui permet de faire quelques belles photos et un petit tour d’horizon avec le drone.

Après un rapide coup d’oeil à la forteresse, et la nuit tombant, nous décidons de rester dormir sur place, sur le petit parking devant l’entrée. Alors que nous allions nous préparer un diner rapide, un couple d’Arméniens vient engager la conversation. Il s’agit de Tatül et Téminë, la quarantaine, frère et soeur, qui travaillent au petit bar/sandwicherie du parking. Ils nous invitent à diner avec eux dans le local qui leur sert d’arrière-boutique et de maison.

Ils sortent des tas de choses à manger, du sucré, du salé, du chaud, du froid et surtout beaucoup d’alcool. Tout est disposé en même temps sur la table et chacun se sert selon ses envies, à l’Arménienne donc. A peine le verre est vide qu’il est aussitôt rempli. Ils nous font goûter leur « vodka » maison, incroyablement forte, et nous sortons la Chartreuse, qui ne rencontre pas un grand succès… Nous faisons honneur au repas, ainsi qu’aux bouteilles sur la table, très vite nous sommes tous fin saouls, nous parlons subitement bien mieux arméniens et eux se rapppellent de leur cours de français à l’école ! Nous buvons encore beaucoup, parlons moins et dansons un peu. 

Il est temps de rentrer au camion, non sans avoir vomi tout ce généreux repas sous les étoiles. Lola finira même sa course les fesses dans une fontaine bien fraîche !

Tatül & Téminë

Le lendemain, nos hôtes de la veille nous attendent avec leur vache pour le petit déjeuner, nous buvons un lait fraîchement tiré et devons refuser un verre de Vodka, qui semble habituel au petit déjeuner ici.

Préparation du petit-déjeuner

Histoire de finir de dégriser, nous partons visiter la forteresse de plus près, ainsi que l’église attenante. L’ensemble se situe sur un promontoire rocheux entre 2 canyons, et le seul accès est barré par un imposant mais endommagé mur de fortification. 

Ce site isolé et sauvage contraste avec l’accueil chaleureux que nous avons reçu. Cela restera l’un de nos meilleurs souvenirs en Arménie.

Le Saint Siège

En redescendant de notre montagne, nous faisons un arrêt à Etchmiadzine. Cette ville est spéciale pour tous les Arméniens car elle abrite le siège de l’église catholique arménienne, ainsi que son « pape », le « Katholicos ».

Il s’agit donc d’un lieu saint pour les Arméniens, qui sont pour la plupart très croyants. Nous visitons ce mini-Vatican, plein d’églises, de monastères, et de musées, dont celui de la Cathédrale, dans lequel nous pouvons voir un bout de l’arche de Noé, la lance ayant servi à achever Jesus, ainsi que tout un tas de babioles religieuses de plus ou moins bon goût.

Une église moderne, pour changer…

Pour rester sur notre lancée culturelle, nous décidons d’aller visiter le musée archéologique de Metsamor, non loin de la capitale. Beaucoup d’objets trouvés lors de fouilles sont exposés, témoignant de l’occupation très ancienne des lieux. De jolis choses à voir, notamment des bijoux et des restes de poteries, mais rien d’exceptionnel non plus.

Musée archéologique de Metsamor

Nous dormirons sur place, et demain, nous irons à Erevan, la capitale.

Catégories :Arménie

1 commentaire

  1. Me revoilà ,après une pause marche et création,de retour et je me demande si je ne fais pas le voyage un peu à contre sens parfois?!car là je suis sur un billet « il y a 2 mois alors que ce matin j’étais « il y a un mois »?!! Bon peu importe l’essentiel étant de m’y retrouver et de vous savoir toujours bien là et en forme..
    Quoique là je lis beaucoup de vodka++++++++++++++++++et Lola qui finit sa course les fesses dans une fontaine bien fraîche ! On se passe de photo mais on imagine la scène non sans rire,pardon Lola! Et re vodka au petit déjeuner ,ben faut avoir un estomac bien accroché dites donc! Et vous toujours à faire découvrir « notre » chartreuse » locale! Je vois que effectivement les arméniens semblent très accueillants au vu de ce qui se trouve sur la table
    Le Site d’Hagarstin j’adore,entouré de cette somptueuse forêt c’est splendide…Mais les deux monastères ne laissent pas indifférents non plus et quelle situation dominante aussi..Belle Lola sur sa roche tel un chamois!
    Je le redis c’est un travail exceptionnel votre blog. Je pense que ça mérite une série de conférences en rentrant!
    Bise

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :