Épisode 24 – Abyaneh, le village ocre


Nous laissons Ispahan derrière nous avec quelques regrets, nous aurions aimé explorer d’avantage cette ville si charmante, mais l’Iran est un si grand pays… Nous devons faire des choix ! (pour cette fois-ci !)

Nous nous remettons donc en route pour Kashan, avec 2 étapes au programme : le petit village de Natanz, à 150 kms au nord d’Ispahan, et le village de montagne d’Abyaneh, encore plus au nord.


Natanz

Il nous faudra énormément de temps pour sortir d’Isfahan, la circulation y est extraordinairement dense, nous pensions faire une simple halte dans le village de Natanz, nous y passerons la nuit !

Le mausolée du sheikh Abd al-Samad, et la mosquée… du vendredi !

La ville est cachée au creux des montagnes, elle ne présente pas de grand intérêt hormis la mosquée Jameh, qui abrite le mausolée du sheikh Abd al-Samad. La particularité de cet édifice est son toit, en forme de « crayon de couleur » ! (ce n’est certainement pas le terme adéquat, mais ça correpond pas mal….)

La mosquée est assez ancienne, et après Isfahan, elle se démarque par sa sobriété, pour ne pas dire son dépouillement !

La ruelle derrière la mosquée

En repartant de Natanz, nous longeons le fameux site d’enrichissement d’uranium qui a été l’objet d’une querelle entre les états-unis et l’Iran. Il s’agit d’un vaste complexe souterrain où seuls des miradors et des batteries de défense anti-aérienne émergent du désert. Vu qu’on était pas trop chauds d’aller en prison, on a respecté les énormes panneaux qui signalent l’interdiction de prendre des photos… ^^


Abyaneh, ocre c’est beau !

Après cette petite nuit presque fraîche à Natanz, nous nous enfonçons un peu plus dans la montagne, en attaquant les flancs du mont Karkas, et nous serpentons sur les pentes duquel est perché le pittoresque village d’Abyaneh. La route qui y mène est saisissante et les paysages sont grandioses !

Le groupe des femmes du village

Ce village est occupé depuis l’antiquité, à l’écart des axes de communication et plutôt difficile d’accès, il est resté assez fidèle à ses coutumes : ici, les habitants portent des habits traditionnels (foulard blanc avec des roses et jupes pour les femmes, et pantalon façon sarrouel pour les hommes) et ils parlent un dialecte propre au village.

Ce qui fait le charme d’Abyaneh, en plus de son dialecte et des tenues des habitants, c’est l’architecture du village en lui même. Toutes les maisons sont regroupées, voire entassées sur les flancs de la montagnes, les ruelles sont étroites et sinueuses. Les murs sont en terre, en argile ou en torchis. Rouge comme la terre ici. Forcément.

Les ruelles du village sont un vrai dédale dans lequel on a pris plaisir à se perdre. Nous sommes au début de l’hiver, c’est la mauvaise saison et nous sommes les seuls étrangers à déambuler ici. Nous rentrons dans un étrange mausolée rempli de photos de « martyrs » de la guerre Iran-Irak, c’est assez glauque, mais la vue sur les collines depuis la terrasse est très sympa !

Autre curiosité qui attire notre attention : le heurtoir des portes ! Chaque porte de maison est équipée de 2 heurtoirs différents pour frapper et annoncer sa venue. La raison est assez saugrenue pour nous : il y en a un pour les hommes et un pour les femmes ! Chaque heurtoir produit un bruit différent, ce qui permet à la maitresse de maison de savoir qui se cache derrière, et ainsi de savoir si elle doit se couvrir ou pas ! (le judas de l’époque en somme !)

Les heurtoirs « sexués »

Notre théorie est que celui en longueur est pour les hommes, et celui en forme de rond est pour les femmes, allez savoir pourquoi… 🙂

En grimpant un peu sur la colline qui fait face au village, nous profitons d’une belle vue d’ensemble !


Pour se défendre d’éventuels assauts, les villageois ont érigé 3 forteresses autour du village, sur les hauteurs. Il n’en reste malheureusement pas grand chose, la mieux conservée, d’époque Sassanide, offre aussi une vue panoramique sur le village !


« À Abiyaneh, la valeur n’attend point le nombre des années. »

Saurez-vous retrouver cette citation (détournée) de Corneille ?

Pour conclure, ce petit village de montagne nous aura séduit par son côté rural et authentique, ses maisons de charme aux facades ocres, ainsi que par le cadre agréable et reposant dans lequel il se situe…

Nous avions hésité à y aller, mais Abyaneh restera comme la bonne surprise de cette partie du voyage ! Si vous passez par là, allez-y !

Catégories :Centre

1 commentaire

  1. Coucou les aventuriers!
    Me revoilà…désolée pas aussi vite que je l’avais dit dans le précédent petit billet mais ma santé me fait des soubresauts en ce moment ,comme votre petit camion parfois et je suis donc un peu affaiblie…
    Qu’ai je trouvé dans ma petite boîte aux lettres ce midi?!? ! Un trésor! Une petite carte de Persépolis!!!! Oh la joie! Merci++++Ca me fait si plaisir cette attention!

    Dans ce billet je suis émerveillée par ce village Abiyaneh! Cette couleur terre,ocre que j’aime…Les potes sont sublimes…Les détails oh là là que c’est beau,quand je regarde les portes par chez nous et bien je me dis que nous ne sommes pas très créateurs ni esthètes! je souris pour les heurtoirs!

    C’est beau que les voiles des femmes ne soient pas noirs mais blancs avec des roses,cela donne de suite un air « champêtre »,une gaieté bien plus que le noir..

    Je suppose que vos yeux et vos coeurs doivent être aux anges…
    Ici petite neige et quelques rayons de soleil timides…

    Allez je continue sur un autre billet!
    A de suite!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :